Rechercher
  • D|360

Saute dans le train... avant qu'il ne soit trop tard !


CONFESSION : Il y a un an, je n’avais rien en face de moi. Un roman allait être publié en pleine pandémie et un cycle professionnel de quatre ans allait se clôturer.


À vrai dire, je n’en menais pas large dans mes culottes et je me demandais ce que la vie me réservait comme surprise. Chose certaine : je savais qu’un tournant se produisait au fond de moi-même.


Durant l’écriture du premier tome « S’enfuir et après », j’ai compris que d’être maître de son destin me donnait une assurance pour négocier à ma manière les contrats. En toute humilité, je crois avoir été un excellent second, celui qui faisait tout en son pouvoir pour mettre les autres en avant en s’oubliant et en s’effaçant soi-même au risque de s’immoler pour disparaître dans une brume nauséabonde de fausseté.


Je voyais au loin arriver un train et c’était celui de mon destin. Je sautais dedans ou je restais sur le quai et je devais continuer ma vie en faisant de faux sourires et de dire que tout allait bien, même si au fond de moi-même un mal me rongeait.


Au même moment, un homme m’appelle et me dit « J’ai envie de travailler avec toi ! ». Je lui réponds bêtement que je ne peux pas travailler avec lui et que la vie m’emmène ailleurs. Il me répond avec franchise : « Démarre ton entreprise ! Tu as 24 heures pour me donner une réponse, j’ai de la job pour toi ! ».


En toute franchise, l’idée de me partir en affaires ne m’a jamais traversé l’esprit, même si j’ai caressé l’idée à quelques reprises… mais de loin ! Faire le saut dans le vide me demandait beaucoup de courage et je me demandais si je l’avais encore ce courage. Des blessures que je traînais depuis de longs mois me stigmatisaient l’âme et je souhaitais vivre pour moi-même, m’accomplir pleinement, enfin être sur mon X.


J’ai débuté par chercher un nom. J’en parle à une amie et elle me dit : « Je te connais assez bien pour savoir que tu vas entourer tes clients comme personne d’autre. Tu seras présent pour eux comme un membre de l’équipe, un vrai 360 dont les entrepreneurs ont besoin! ». Les heures avancent et en pleine nuit, je texte un ami entrepreneur qui me dit : « La plus belle pub ce sera ton nom. L’entreprise que tu vas construire va être à ta couleur, comme la mienne. Mettre son nom c’est signé avec son sang. »


Doumont 360 est né à 4 heures du matin.


Après un an d’existence, l’entreprise est devenue une firme de relations publiques et de gestion de crise qui compte des partenaires et des clients extraordinaires. Tous ensemble nous avons le même point commun : avoir du plaisir en travaillant tout en livrant la marchandise !


Je crois avoir réussi mon pari !


Est-ce qu’un jour mon cheminement se transformera en conférence ou un livre ? Qui sait…

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout